Sélectionner une page

Les débuts de l’escalade. 

À votre avis, quand à été faite la première ascension en escalade ? Est-ce celle du Mont Inaccessible (au minimum 3b-3c) par Antoine de Ville en 1492 et décrite par François Rabelais ou est-ce l’’écossais Martin Martin (non pas Martin Matin !) qui se pendouillait au bout d’une corde pour aller chercher les œufs d’oiseaux (et les oiseaux) se cachant sur les falaises ? 

L’objectif n’était alors pas l’escalade en elle-même mais plutôt un moyen de découvrir l’inconnu ou d’obtenir un bon repas (les steaks de soja n’étaient pas encore bien répandus à l’époque, le macareux moine était une option plus viable). Mais alors Jamy, comment définir LA première ascension ?

Si on la définit par un niveau minimal, on peut penser au premier free solo en quatrième degré qui a été fait en 1848 par un ramoneur qui est entré dans une forteresse par sa cheminée (rocheuse, c’est pas le père noël !) pour éviter une taxe. 

Pas facile à définir ! Une source sûre (et pas du tout objective) considère que le début de l’escalade en tant que sport se situe autour des années 1880 dans le Lake District en Angleterre avec W. P. Haskett Smith qui est d’ailleurs fréquemment appelé le père de l’escalade par les britanniques.

Crédits : betweenislands 

Les premières ascensions à partir du sixième degré.

Malheureusement, les sources sont éparses et les définitions peu aisées, on a donc fait le choix d’uniquement considérer les premières ascensions au-dessus du sixième degré. On précise que le sujet concerne ici les voies en naturel, pas le bloc (bande de citadins drogués à la résine !). Aussi, quand on mentionne une première ascension, on parle de la première fois ou un grimpeur a réussi une voie sans aide pour l’escalader, se reposer ou manger son oiseau (on te regarde Martin Martin). Le matériel pour éviter la mort est néanmoins évidemment autorisé. De nos jours, il serait un peu suicidaire de tenter de faire monter les cotations sans assurage. Libre à vous de tenter le premier 10a en free solo mais on vous aura prévenu (oui 10a, 9c+ c’est pour les faibles).

Sur le papier, ça à l’air facile d’en faire la chronologie mais en pratique…. c’est le chaos. Entre l’italien louche qui envoyait au grand maximum des 6a+ et qui prétend avoir fait la première 6c+ sur 700 m en free-solo (oui oui, et on l’a même mis dans notre graphique parce qu’on fait ce qu’on veut) ou ces gens qui déclassent des 9b en 9a, qui surclassent des 8b+ en 8c, des 8c en 8c+, etc… Les sources sont aussi variées que les opinions et on n’est pas historiens. Cette classification des premières ascensions par cotations permet néanmoins de se faire une bonne idée du chemin parcouru. Notons bien que plus on remonte dans le temps moins les sources sont fiables. L’accord semble s’établir à partir de la première 7c+.


Premières ascensions de 6a à 9c.

On remarque vite l’impact de l’histoire sur l’avancée de l’escalade. À partir d’environ 1939, il n’y a plus eu de nouvelles ascensions et ce jusqu’en 1967. Il a fallu attendre que le record de froid mondial de –89,2 °C soit enregistré en 1983, pour remotiver les grimpeurs à sortir car tout le monde le sait : on grimpe mieux quand il fait froid. C’est d’ailleurs à cette période que le huitième degré est vraiment attaqué avec la première 8a+.

Et alors, cette 10a ?

 

2071 – 10a, première ascencion, par SpiderKayoo

Si on essaye de modéliser l’évolution de la cotation maximale en ignorant ce qui précède 1980, on voit qu’elle suit étonnamment bien une courbe logarithmique. Grâce à notre équipe de prévisionniste en freelance on peut donc inférer une estimation des prochaines premières ascensions. En suivant une courbe de tendance indécente faite à la main, la première 9c+ devrait être ouverte en avril 2043 et la première 10a en mars 2071. Bref, partez faire une sieste, une cryogénie et deux-trois squats, selon ces estimations, vous n’aurez pas raté grand chose.


Premières ascensions à partir de 1980 avec une superbe courbe de tendance.

En réalité, ceci est une approximation au premier ordre. C’est un peu brutal, comme une personne qui éviterait un subtil crux en faisant un jeté. Pour une meilleure approche il faudrait pondérer les données par la popularité du sport, considérer le nombre d’ascensions du niveau maximal de l’époque faites avant d’ouvrir une nouvelle cotation, l’évolution des chaussons, etc.. Eh oui, allez grimper en chaussures d’alpinisme, c’est tout de suite plus compliqué ! L’évolution des sportifs est liée aux améliorations techniques.
La véritable première paire de chaussons a été créée en 1947 par Pierre Allain et Émile Bourdonneau. C’est avec des années d’expérience et d’évolutions qu’on a pu atteindre la précision actuelle avec une gomme permettant une adhérence optimale sur une surface de contact maximale: un facteur majeur quant à la progression de l’escalade (on ignorera les 8c de Charles Albert pieds nus, c’est du bloc (et de la mauvaise foi)).

 

Du côté des femmes.

Le niveau maximal féminin n’est pas en reste avec la cotation la plus difficile atteinte étant 9b !
Il faut tout de même noter qu’il n’y a que 3 grimpeuses ayant atteint le 9b et 2 grimpeurs ayant atteint le 9c (5 en 9b+) à la date de rédaction de cet article, soit une infime partie des meilleurs mondiaux. Les réalisations d’un seul grimpeur ont un impact majeur sur ces statistiques !


Premières ascensions femmes à partir de 8a+.

Voilà, vous savez dorénavant à quelle époque vous auriez été un champion d’escalade avec votre niveau actuel (sans oublier vos chaussons préférés). Il ne reste plus qu’à vivre dans son temps et préparer le popcorn pour la première 9c+ en 2043.

 

Quelques sources:
http://stara.emontana.cz/climbing-milestones-from-6a-to-9c/
https://www.grimper.com/histoire-escalade-10-10
https://en.wikipedia.org